Auteur Josée Landry, c.o.o. | Archive-Ateliers2016
 À la lumière des résultats du sondage effectué par le Groupe de travail des c.o. du secteur organisationnel en 2015, un besoin ressort de façon évidente chez les membres : mieux connaître le langage utilisé dans ce secteur de pratique.

Certaines publications corroborent ce constat. En effet, Locas (2012) précise que les conseillers et conseillères d’orientation pourraient mieux connaître la structure, les enjeux et le langage organisationnel. Ce langage est davantage celui du monde des affaires que celui de la relation d’aide. Il comporte notamment des termes se rapportant à l’administration, la production de biens et services, la gestion des ressources humaines, financières et matérielles.

 

Mercredi, 8 juin 15h30 à 17h 

Groupe de travail des c.o.o.

Ainsi, maîtriser ce « lexique » pourrait être une nécessité dans certaines organisations, permettant non seulement de comprendre le milieu, mais surtout de développer le sens politique et les façons de communiquer qui détermineront une intégration durable. Si bien qu’une méconnaissance de ce langage pourrait rendre difficile de se projeter dans le secteur organisationnel (Locas, 2012) et peut-être même freiner les ambitions des c.o. de se diriger dans ce secteur. Se peut-il donc que plusieurs c.o. perçoivent l’inaccessibilité de la pratique organisationnelle par méconnaissance du vocabulaire d’usage, qui leur paraît à des lieux de leur réalité ?

Pourtant, il existe des liens évidents entre les activités des autres secteurs de pratique en orientation et le secteur organisationnel. L’importance d’une évaluation rigoureuse en est un exemple. De plus, plusieurs travaux insistent sur la valeur ajoutée des c.o. dans ce secteur (Locas, 2012; Longchamp, 2013; Proulx et Bussières, 2009), notamment l’expertise de la perspective d’orientation tout au long de la vie et de la dynamique individu-travail-formation, la maîtrise du counseling et de la mesure psychométrique.

Le groupe de travail des c.o. organisationnels propose donc de découvrir un lexique organisationnel qui permettra aux participants de démystifier le milieu organisationnel, de mieux en comprendre les activités et surtout, de faire le lien avec leur pratique pour arriver à mettre en valeur leurs compétences et leur valeur ajoutée. Les portes d’entrées sont peut-être plus accessibles et ouvertes que l’on pense. Les c.o. organisationnels expérimentés seront aussi invités à échanger avec le groupe de travail et les participants pour découvrir et contribuer à cette façon nouvelle et originale de présenter et expliquer nos compétences. Ainsi, la base des échanges consistera d’abord en un parallèle et une transposition entre la pratique du counseling et la pratique du rôle conseil auprès des organisations. Par la suite, une schématisation des éléments principaux sera proposée et bonifiée en sous-groupes et en plénière.

Vous pouvez vous inscrire à cet atelier via le site du colloque 2016 de l’OCCOQ.

 

Locas, V. (2012). La pratique des conseillers et conseillères en orientation œuvrant dans des mandats d’évaluation de potentiel. Rapport d’activité dirigée de maîtrise en carriérologie. Université du Québec à Montréal.

Longchamp, V. (2013). La valeur ajoutée du conseiller d’orientation en milieu organisationnel. Rapport d’activité dirigée de maîtrise en carriérologie. Université du Québec à Montréal.

Proulx, S. et Bussières, N. (2009). Les c.o. dans les organisations : un apport particulier à développer. En pratique, no. 11, 15-16.

Consulter le site officiel du colloque 2016 pour vous inscrire